Sélectionner une page

La biopsie est loin d’être une partie de plaisir. La question qui se pose est : doit-on s’en inquiéter pour autant ? La réponse est non. Bien que ce ne soit pas très agréable d’avoir une biopsie, ce n’est pas non plus une intervention douloureuse. On fait le point.

Qu’est-ce qu’une biopsie mammaire ?

En bref, la biopsie est un prélèvement de la lésion. Dans le détail, lorsqu’une mammographie révèle une lésion suspecte, il est nécessaire de mener des examens complémentaires pour déterminer s’il s’agit bien d’un cancer. Or, la mammographie ne permet pas, à elle seule, de savoir si une lésion est cancéreuse ou non. D’où la nécessité d’examiner directement les tissus de la lésion au microscope après les avoir prélevés. A ce niveau, il faut savoir qu’il existe différentes techniques de biopsie mammaire. Le choix de la technique la plus adaptée dépend de la taille de la lésion ainsi que de sa localisation.

Comment se passe une biopsie ?

La biopsie commence par une petite anesthésie locale par l’injection d’un produit comme la xylocaïne au niveau du sein. Nous vous disions en introduction que la biopsie n’est pas spécialement douloureuse. La raison à cela est que l’intérieur du sein ne fait pas partie des tissus très sensibles, ce qui veut dire que vous ne ressentez pas grand-chose. Après l’anesthésie locale, le radiologue va mettre une aiguille, sous le contrôle de l’échographie, à l’intérieur de la lésion suspecte. Il va alors prélever une petite quantité de tissu.

Notons que la biopsie est très facile à faire lorsque l’échographie révèle une tumeur palpable. Cela dit, il peut arriver qu’on ne voie que quelques calcifications. Dans ce cas, il est difficile pour le radiologue de repérer précisément la localisation de la lésion dans le sein. Que faire alors ? Quand tel est le cas, il va falloir faire une biopsie un peu plus compliquée, qu’on réalise à l’aide d’un appareil appelé « stéréotaxie », qui va faire un repérage tridimensionnel à l’intérieur du sein. Parce qu’il s’agit d’une technique un peu plus compliquée et donc un peu plus stressante, on peut prescrire une prémédication au besoin (tranquillisants ou antidouleurs).

La biopsie stéréotaxique

La biopsie stéréotaxique est retenue lorsque la mammographie montre une masse ou des microcalcifications. Son principe consiste à guider la progression de l’aiguille de prélèvement à l’aide de la mammographie. En pratique, la patiente s’allonge sur le ventre dans la salle de radiologie, torse nu, sur une table d’examens qui comprend une ouverture par laquelle le sein peut passer. A l’instar d’une mammographie classique, le sein est comprimé et une anesthésie locale est réalisée. Dès lors, l’aiguille est introduite dans le sein par une petite incision de quelques millimètres jusqu’à la lésion. Ensuite, on effectue plusieurs prélèvements. Notons que, grâce à l’anesthésie locale, le passage de l’aiguille et les prélèvements sont indolores. Cela dit, la compression du sein est quelque peu désagréable.