Sélectionner une page

Le cancer est un mot qui résonne fort, qui fait naturellement peur, car traditionnellement associé à « métastases », et donc au risque de décès. Mais en vérité, et cela peut paraître étonnant, le cancer est un processus on ne peut plus banal. A la différence qu’il y a formation de tissus anormaux… Aujourd’hui, nous allons vous parler du cancer du sein, le plus fréquent en France et la première cause de décès par cancer chez la femme. Sur une note plus optimiste, soulignons que le taux de mortalité lié au cancer du sein a fortement diminué ces dernières années

L’apparition du cancer du sein 

Il faut savoir que les cellules de notre corps, de par leur besoin de se diviser, procèdent à des réparations continues. Souvent sous l’effet des hormones féminines, les cellules du sein, localisées au niveau de la glande mammaire ont, elles aussi, besoin de se diviser. C’est notamment le cas lors des cycles, de la lactation ou lors de la grossesse, périodes durant lesquelles les seins sont tenus de se modifier, par exemple pour nourrir le bébé. Le résultat est une division permanente de ces cellules, donnant aux cellules filles le patrimoine génétique de la cellule mère. Il s’agit d’un procédé extrêmement compliqué, qui implique des milliers de gènes. 

Lors de la division cellulaire, les enzymes copient la molécule d’ADN. Or, comme dans tout processus biologique, des erreurs peuvent se produire. En cas d’erreur, l’organisme réagit de deux manières distinctes : d’autres enzymes, qu’on appelle enzymes réparatrices, réparent justement ces erreurs. Quand cela n’est pas possible, la cellule s’autodétruit et meurt d’elle-même. C’est ce qu’on appelle l’apoptose. Cela dit, il arrive que la cellule conserve lesdites erreurs dans leur patrimoine génétique. Dès lors, ces erreurs se dupliquent pendant des mois, voire des années. Dans certains cas, les cellules cancéreuses n’apparaissent qu’au bout d’une dizaine d’années. Concrètement, lorsqu’un seuil d’erreurs est dépassé, la cellule échappe au contrôle de l’organisme. Ce qui se traduit par sa prolifération dans les tissus adjacents, ce qui donne des métastases. C’est à ce moment que nous pouvons parler de cancer.

Cas confirmé de cancer du sein

Dans la majorité des cas, le cancer du sein apparaît dans les cellules tapissant les canaux, qui sont des tubes qui transportent le lait des glandes au mamelon. On appelle ce type de cancer « carcinome canalaire ». Toutefois, le cancer du sein peut aussi se former dans les cellules des lobules, des groupes de glandes responsables de la production du lait maternel. Dans ce cas, on parle de « carcinome lobulaire ». Ces deux types de cancers du sein peuvent être in situ. Cela veut dire que le cancer reste à l’intérieur du canal ou du lobule, sans envahir les tissus voisins. Dans le cas contraire, on parle de cancers infiltrants ou invasifs.

A ce niveau, il est important de noter que même si le cancer envahit les tissus voisins, comme par exemple les os ou les poumons, ce ne sont en fait que les cellules du cancer du sein qui se déplacent. Par conséquent, il s’agit toujours du cancer du sein, même lorsqu’un autre organe est affecté. On parle alors de « greffe de cellules », qui est une métastase à l’intérieur de l’organe en question.